Culture / Culture

4/4< >

MATHIEU BRIAND - UBIQ:A Mental Odyssey


Martos Gallery
540 W 29th Street
New York NY 10001
+1 212 560 0670

http://www.martosgallery.com/upcoming/

OPENING :
Friday, November the 30th
From 6 to 8pm

EXHIBITION:
From 11/30/07 to 01/13/07

www.galerie-maisonneuve.com/briand/gbbriand.htm#biblio

> See this place on Google map / Localiser l'endroit sur Google map
> Comments about this place parisnewyork.info/blog / Commenter cet endroit sur parisnewyork.info/blog

TAGS : exhibition | opening

Mathieu Briand is totally “on the edge”, where every artist would like to be: he belongs to the underground, but yet, he is participating in the best/most impressive and influent art bashes! e.g. Centre Georges Pompidou, Paris, Tate Modern, Turbine Hall, London, Jumex Foundation, Mexico City, MIT Cambridge, Massachusetts, Red Cat, Los Angeles, Istanbul Biennale, Walker Art Center, Minneapolis, SITE Santa Fe, Art Basel 38 Unlimited... etc.

"One should never go unprepared in terms of armament. This applies to one's own space ship or navigational machinery - one's own mind and body. Concerning the departure itself, one knows more or less everything about it, since it was carefully prepared. But what is to be expected ahead, is yet unknown. This odyssey is neither chosen nor wanted, nor is it inflicted. There it stands, unavoidable, like a pure evidence." -Mathieu Briand

"Il faut dans le meilleur des cas toujours prévoir son armement.Que ce soit celui de son vaisseau, celui de son mental ou celui de son propre corps. On connaît un tant soit peu le départ, on le prépare. Il n'y a devant que l'espace; qu'il soit plat ou profond, on ne le connaît pas. Cette odyssée n'est ni choisie ni voulue, ni même subie, elle est là comme une évidence. Le trajet à la galerie Maisonneuve est une tentative. Celle de structurer l'odyssée, voire de la déformer, de se fondre en elle, bref de la reconnaître. On pourrait s'enfoncer une auguille dans le bras, avaler un buvard, sniffer de la neige, mâcher des plantes, tout cela à été fait et l'on connaît par coeur les chemins qui ne sont plus de traverse mais pavés de marbre. Ce sera plutôt de l'ordre d'un souvenir, voire d'une nostalgie, d'un vécu par procuration, d'un chemin a plusieurs labyrinthes, de la victoire de la schizophrénie sur la réalité, bref d'une contradiction, celle d'écrire ou de décrire ce monde dans le monde." Mathieu Briand